RETOUR                                                                                      RETOUR PAGE 1





 page 2

 L'auteur de cet article décline toute responsabilité en cas de problème et vous avise que les conseils donnés ne sauraient remplacer l'avis d'un médecin.

 

N'oubliez pas de consulter les explications situées en

page 1

 

INSUFFISANCE D'INTERET POUR LE PRESENT, ENNUI

Clematis (clématite)
Quintessence de l'idéalisme créateur
Pour passer de la fuite de la réalité à l'idéalisme créateur

Voici une fleur pour les rêveurs, pour ceux qui ne sont jamais complètement éveillés et qui n'ont pas grand intérêt pour la vie. Pour ceux qui sont tranquilles, ne sont pas vraiment heureux dans leur situation actuelle et vivent plutôt dans le futur que dans le présent. Ils vivent dans l'espoir de temps plus heureux où leur idéal pourra se réaliser. Quand ils sont malades, ils font peu d'efforts ou même parfois n'en font pas du tout pour se rétablir. Dans certains cas, il arrive qu'ils envisagent la mort avec quelque plaisir dans l'espoir dune vie meilleure ou peut-être de retrouver un être cher disparu.

Etats de blocage

On est perdu dans ses pensées ; on s'est retiré dans son univers ; on est rarement complètement présent.

On est inattentif, distrait ; on rêve les yeux ouverts.

On ne manifeste pas beaucoup d'intérêt pour le présent ; on préfère vivre dans un univers imaginaire.

« Voyageur entre deux mondes », on na pas sa place dans la réalité.

On est toujours en quête de quelque chose.

On na aucun sens de l'orientation.

On a l'impression que notre espace de vie est un chaos ; on a du mal à y faire régner l'ordre.

On fuit les difficultés en caressant des illusions ou des idées utopiques.

Très souvent, on a les « yeux dans le vague ».

On est comme dans un rêve, à moitié endormi ; on a souvent l'esprit confus.

On accueille souvent les bonnes et les mauvaises nouvelles avec la même indifférence.

On paraît manquer de vitalité, on est souvent très pâle.

On a fréquemment les mains et les pieds glacés, l'impression d'avoir la tête vide.

On a souvent l'impression de « planer », d'être légèrement drogué.

On a besoin de beaucoup d'heures de sommeil, on somnole volontiers, on s'endort n'importe où.

On décroche facilement de la réalité, on a tendance à s'évanouir.

On aspire à la mort, on a des pensées suicidaires.

Prise de conscience de son corps et sensations de douleurs très faibles ; on se cogne souvent.

On a mauvaise mémoire. On ne retient pas les détails dune situation, par manque d'intérêt.

On est sujet aux troubles oculaires et auditifs car nos yeux et nos oreilles sont davantage orientés vers l'intérieur que vers l'extérieur.

Lorsqu'on est malade, on a guère envie de guérir rapidement car notre instinct de survie est trop faible.

On a souvent des vertiges.

On fait difficilement la différence entre le rêve et la réalité.

On a souvent des dons artistiques mal exploités.

Pourquoi suis-je ainsi ?

On imagine un monde idéal et on espère quil va devenir réalité. Lorsque cela n'est pas possible, on ferme les yeux devant la réalité et on se réfugie dans ses rêves.

Changements après traitement

On prend conscience de la réalité, de ses perspectives de vie, on se concentre sur ce qui est possible.

On réussit à transposer ses rêves et ses visions dans la réalité.

On adopte un mode de vie créatif qui enrichit notre quotidien.

On parvient à exprimer sa créativité.

Vous avez un sens aigu des formes, des couleurs, des sons, des parfums.

Maximes à adopter pour vous aider

Je suis présent.

J'y vois clair.

Je me développe.

Honeysuckle (chèvrefeuille)
Quintessence du passé
Pour passer de jadis… à aujourd’hui

Pour ceux qui vivent beaucoup dans le passé qui était peut-être un temps de grand bonheur. Pour ceux qui vivent dans le souvenir d’un être cher disparu. Pour ceux dont les ambitions passées ne se sont pas réalisées. Ils n’espèrent pas retrouver un bonheur ou un état de vie tel que celui qu’ils ont connu jadis.

Etats de blocage

Un ou deux symptômes suffisent pour choisir cette fleur.

Un événement révolu, agréable ou non, nous revient toujours en mémoire « comme si cela s’était passé hier ».

On rumine le passé tant intérieurement que dans nos conversations avec les autres.

On embellit le passé et on voudrait que tout redevienne comme avant.

On pense avec tristesse aux jours heureux d’autrefois.

On n’arrive pas à faire le deuil d’une personne proche, d’un animal ou d’un objet favori (par exemple un bijou de famille).

On ne veut pas se contenter de quelque chose.

On se raccroche souvent à de bons souvenirs.

On a le mal du pays.

On regrette un occasion manquée dans sa vie privée ou dans sa vie professionnelle.

On ne fait aucun effort pour surmonter les difficultés dans lesquelles on se trouve.

On ne s’intéresse guère aux problèmes actuels parce que l’on vit toujours dans le passé.

On n’attend plus rien de l’avenir.

On n’a pas l’énergie de tout recommencer.

On garde éternellement certains objets inutiles qui représentent certains souvenirs.

Parfois, on garde un souvenir très flou de son enfance.

L’image d’un événement passé  nous revient sans cesse à l’esprit ; on pourrait la peindre.

On pense continuellement à une certaine personne.

Les gens s’ennuient en notre présence.

Pourquoi suis-je ainsi ?

Dans le désir inconscient de vivre hors du temps on se trompe d’échelle et on essaie, à tort, de retenir des expériences vécues, au lieu d’admettre que tout change et que la vie nous entraîne.

Etat après le traitement

On sait qu’il faut vivre dans le présent.

On a tiré parti des leçons du passé et on les utilise à bon escient.

On a un rapport actif avec le passé et on reconnaît en quoi il influe sur le présent.

On peut tirer de précieux enseignements de nos expériences anciennes et s’éveiller à une nouvelle vie.

Maximes à adopter pour vous aider

Je vis au jour le jour.

Je regarde droit devant moi.

Je vais de l’avant.

 

Wild Rose (églantier)
Quintessence de la joie de vivre
Pour passer du désintérêt de soi à la remotivation

Pour ceux qui, sans raison apparemment suffisante, se résignent à tout ce qui peut leur arriver. Ils se contentent de glisser dans la vie, la prennent comme elle est, sans faire aucun effort pour améliorer les choses. Ils ont renoncé sans se plaindre à la lutte pour la vie. Grande résignation.

L’état de blocage se manifeste ainsi :

Un ou deux symptômes suffisent pour choisir cette fleur.

On est fataliste en toutes circonstances.

On ne se prend plus au sérieux.

On est résigné, bien que les circonstances ne nous soient pas vraiment défavorables.

On a perdu toute joie de vivre et toute motivation.

On ne fait plus aucun effort pour créer une situation positive dans sa vie.

On se résigne à notre destin, par exemple à un mariage malheureux, à un métier frustrant, à une maladie chronique, etc…

On est persuadé d’être né sous la mauvaise étoile.

Etat de mélancolie sous-jacente.

On éprouve des sentiments d’ennui chronique, d’indifférence et de vide intérieur.

On ne se plaint pas de son état puisqu’on le juge normal.

On est amorphe, sans vitalité, apathique.

On parle d’une voix monocorde, assourdie.

Pourquoi suis-je ainsi ?

On croit à tort que la partie est perdue, qu’il est inutile désormais de chercher à réaliser un projet de vie personnel.

Changements après le traitement :

On dit « oui » à la vie.

On prend des initiatives.

On se passionne pour l’existence.

On a un sentiment de liberté intérieure et de vitalité.

On croque la vie à pleines dents.

Maximes pour vous aider :

Je veux vivre.

Je mise sur la vie.

Je saisis ma chance.

 

Olive  (olivier)
Quintessence de la régénération
Pour passer de l’épuisement à la source d’énergie

Pour ceux qui ont beaucoup souffert moralement ou physiquement et sont si las, si épuisés qu’ils se sentent incapables du moindre effort. La vie quotidienne est pour eux une lourde tâche qui ne comporte aucun plaisir. Fatigue du corps, des émotions et du moral.

L’état de blocage se manifeste ainsi :

Un ou deux symptômes suffisent pour choisir cette fleur.

Constatation d’impuissance totale : on ne supporte plus rien.

Sentiment d’épuisement après une situation de surmenage prolongé ou après une longue maladie.

On se sent absolument vidé, au bout du rouleau.

On a qu’une envie : se reposer.

On est incapable d’entreprendre quoi que ce soit, on a plus envie de rien.

On a même plus la force de téléphoner ou de lire la lettre d’un être cher.

Grande fatigue intérieure après une période de lutte intense et de transformation intérieure qui nous a demandé beaucoup d’énergie psychique.

On s’est remis d’une épreuve sur le plan physique mais pas encore sur le plan moral.

Des périodes d’épuisement succèdent sans cesse à des périodes d’hyperactivité, car on se dépense sans compter.

Pourquoi suis-je ainsi ?

Dans le désir inconscient de se consacrer entièrement à ses devoirs, on oublie que le corps matériel a ses lois.

Changements après le traitement :

On économise ses réserves énergétiques.

On trouve en soi, si nécessaire, beaucoup de force et de vitalité.

On reste très proche de la nature et on y trouve une source d’énergie.

Pendant les périodes difficiles, on s’en remet à son guide intérieur et on arrive à affronter de grandes épreuves.

Maximes pour vous aider :

Je suis en paix.

Je me sens plus fort.

Je reprends des forces.

 

White Chestnut (Marronnier d’Inde à fleurs blanches)
Quintessence de la réflexion
Du carrousel mental … au calme intérieur

Pour ceux qui ne peuvent empêcher d’entrer dans leur esprit des pensées, des idées, un mode de raisonnement qu’ils ne désirent pourtant pas. Ceci se passe généralement à des moments où leur intérêt pour le présent n’est pas assez fort pour occuper pleinement leur esprit. Pour ceux qui souffrent de pensées qui tournent en rond les empêchant de trouver la paix de l’esprit et la concentration.

L’état de blocage se manifeste ainsi :

A noter qu’une ou deux indications suffisent pour choisir cette fleur.

Des idées ou des images indésirables ne cessent de nous hanter ; et on ne réussit pas à les chasser.

Un souci ou un événement accapare notre esprit et le ronge.

On ne cesse de penser à ce que l’on aurait dû ou à ce que l’on devrait faire.

Notre pensée est comme un disque rayé qui répète inlassablement le même extrait.

Notre raisonnement fait du surplace, comme un hamster dans sa roue.

On se livre à d’interminables débats intérieurs qui résonnent dans notre tête comme un écho.

On rumine toujours les mêmes problèmes sans parvenir à les résoudre.

Notre esprit est suractivé et, de ce fait, on manque de concentration dans la vie quotidienne, par exemple, on n’entend pas quelqu’un qui nous adresse la parole.

On ne pense plus par soi-même, on subit nos idées.

On souffre d’insomnie, surtout au petit matin, parce que l’on est obsédé par des pensées importunes.

Grincements de dents, mouvement involontaire de la mâchoire, tensions au niveau du front et des yeux à cause de la tension mentale.

Pourquoi suis-je ainsi ?

Dans le désir de trouver la clarté et la vérité, on se trompe d’échelle. On essaie de maîtriser uniquement ses problèmes sur le plan mental, en se coupant ainsi des élans de notre guide intérieur.

Changements après le traitement

On dispose d’un système de réflexion performant et on l’utilise à bon escient.

On parvient à bien se concentrer, et on se sert de notre cerveau de façon constructive.

On réussit à mettre de l’ordre dans ses pensées.

Grâce à notre sérénité, on constate que des solutions apparaissent.

Maximes pour vous aider

Je suis serein.

J’ai les idées claires.

Je maîtrise mes pensées.

 

Mustard (Moutarde des champs)

Quintessence de la lumière
Pour passer de la mélancolie… à la magnanimité

Pour ceux qui souffrent d’accès de mélancolie ou même de désespoir, comme si un sombre et froid nuage les enveloppait et leur cachait la lumière et la joie de vivre. Grande lassitude morale qui vient et qui part sans cause apparente. Il se peut qu’il n’y ait aucune raison à de telles crises.

L’état de blocage se manifeste ainsi :

A noter qu'une ou deux indications suffisent pour choisir cette fleur...

On est abattu, on n’a plus envie de rien.

On pleure facilement.

On n’arrive plus à se réjouir.

On a l’impression que le temps passe plus lentement.

On n’arrive plus à mémoriser ses impressions.

On aimerait rester prostré dans son coin.

On a un poids sur l’estomac.

On se sent soudain abattu et déprimé.

Profonde mélancolie, vague à l’âme.

On sent fondre sur soi quelque chose de lourd, d’inconnu qui nous plonge dans la tristesse.

On est entouré de ténèbres, un nuage noir descend sur nous.

On se sent exclu de la vie normale, toutes les lumières se sont éteintes ; sentiment de se trouver dans une ville morte.

On ne discerne aucun lien logique entre cet état et la vie que l’on mène.

Etat de profonde mélancolie qui ne laisse aucune place au présent.

Personnes totalement introverties, enfermées dans leur tristesse.

On ne parvient pas à cacher son état à notre entourage.

On ne peut pas lutter contre cet état à l’aide d’arguments rationnels.

On est en proie à ce sentiment jusqu’à ce qu’il disparaisse brusquement de lui-même ; dès lors, on se sent libéré de ses chaînes.

Pourquoi suis-je ainsi ?

On endosse inconsciemment la tristesse du monde et on en souffre, alors qu’elle nous pèserait moins si on l’acceptait de façon consciente.

Changements après le traitement

On se laisse porter par le flux de la vie.

On accepte le cours des marées et on sait que la joie revient toujours, comme le soleil après la pluie.

Même pendant les jours sombres, on garde la tête froide et on reste confiant.

On devient un être sensible et compréhensif.

Maximes pour vous aider :

Je me sens léger.

Je suis habité par la joie.

Je marche vers la lumière.

 

Chestnut Bud (marronnier d’Inde)
Quintessence de l’apprentissage
Pour passer de l’insouciance… à l’expérience

Pour ceux qui ne tirent pas pleinement avantage de l’observation et de l’expérience. Il leur faut plus de temps qu’aux autres pour apprendre les leçons de la vie quotidienne. Alors qu’une expérience serait suffisante pour certains, eux en ont besoin de plusieurs avant qu’ils en retirent une leçon. Ils se surprennent donc à regret à refaire la même erreur en différentes occasions alors qu’ils auraient pu l’éviter.

L’état de blocage se manifeste ainsi :

A noter qu’un ou deux symptômes suffisent pour choisir cette fleur.

On se retrouve constamment confronté aux mêmes difficultés, aux mêmes types de discussions, aux mêmes genres d’accidents, etc…

Etant déjà plus loin par la pensée, on est souvent distrait ou indifférent face à la situation présente.

On préfère se lancer tout de suite dans une nouvelle activité plutôt que de réfléchir calmement aux leçons à tirer d’une expérience précédente.

On ne semble tirer que très lentement les enseignements des expériences vécues, par indifférence, par précipitation intérieure, ou par manque du sens de l’observation.

On ne tire pas suffisamment parti de nos expériences : on n’intègre pas suffisamment notre vécu.

On n’a même pas l’idée de profiter des expériences des autres.

On n’écoute pas ce que disent les autres au cours des discussions parce que l’on prépare intérieurement la question suivante.

Dès que l’on croit avoir résolu un problème, la situation nous paraît inintéressante, ou bien nous la traitons de manière superficielle.

Lorsqu’une machine, un télécopieur par exemple, cesse de fonctionner, on appuie au hasard sur tous les boutons au lieu de consulter la notice.

Les autres vous trouvent insouciant, voire naïf.

On donne l’impression de ne faire aucun progrès.

Blocages au niveau de l’apprentissage.

On est régulièrement et périodiquement sujet à la migraine, à des poussées d’acné ou à des douleurs récurrentes.

Pourquoi suis-je ainsi ?

Dans notre désir inconscient de progresser, nous oublions qu’une étape qui peut être rapide sur le plan mental doit être « digérée » à fond sur le plan pratique.

Changements après traitement

On  est plus détendu, on apprend plus facilement.

On a toujours envie de progresser et on s’accorde le temps nécessaire pour cela.

On observe quotidiennement notre comportement et nos réactions.

On apprend aussi en observant les autres.

On comprend de mieux en mieux la complexité d’une situation et on reconnaît à l’avance les erreurs possibles.

On tire le maximum d’enseignements de nos expériences quotidiennes.

Maximes pour nous aider

J’y vois clair.

J’écoute.

J’apprends.

 

Solitude

 

Water Violet (Violette)
Quintessence de la communication
Pour passer de l’isolement… à la sociabilité

Pour ceux qui, en bonne santé ou malades, aiment être seuls. Personnes très tranquilles, qui ne font pas de bruit, parlent peu et doucement. Très indépendants, capables, ne comptant que sur eux et ne se laissant guère influencer par les opinions des autres. Ils sont distants, ne se mêlent pas aux autres, et vont leur propre chemin. Souvent intelligents et doués. Leur tranquillité et leur calme est une bénédiction pour ceux qui les entourent.

L’état de blocage se manifeste ainsi :

A noter qu’un ou deux symptômes suffisent pour choisir cette fleur

On voudrait se sortir d’une situation précise ou se détacher d’une personne.

On se sent isolé et exclu.

Les autres pensent que nous avons parfois une attitude dédaigneuse ou orgueilleuse.

On ne tolère pas que les autres se mêlent de nos affaires.

On essaie de tout régler seul : on ne veut pas faire peser nos difficultés sur les autres en nous confiant à eux.

Comme on garde intérieurement ses distances, nos proches et nos collègues nous trouvent orgueilleux, prétentieux et/ou arrogant.

On a du mal à s’approcher des autres en toute simplicité.

On aimerait bien descendre de son piédestal, mais on ne sait pas comment s’y prendre.

On éprouve des difficultés à se mêler aux autres lors de soirées ou de discussions.

Inconsciemment, on n’encourage pas son interlocuteur à percer notre enceinte de défense pour établir un contact personnel.

On évite les confrontations émotionnelles parce qu’elles nous épuisent.

On ne parvient pas à se décontracter facilement.

On pleure rarement ; on essaie de garder le contrôle de ses sentiments en toutes circonstances.

On s’enferme dans notre tour d’ivoire.


Pourquoi suis-je ainsi ?


Dans le désir de développer notre individualité, on oublie que l’épanouissement personnel n’exige pas seulement de la retenue mais aussi un échange d’énergie avec les autres.

Changements après traitement

On se suffit à soi-même et on se conforme à la devise « vivre et laisser vivre »

On se sent solidaire des autres tout en sachant conserver une certaine distance.

On aime être seul, mais on est capable d’aller vers les autres lorsque la situation l’exige.

On est pour les autres un modèle d’équilibre, de tolérance et d’indépendance.

Maximes pour nous aider :

Je participe.

Je fais partie du cercle.

J’autorise l’autre à m’approcher.

 

Impatiens (Impatience)
Quintessence du temps
Pour passer de l’impatience… à la patience

Pour ceux qui ont la pensée et l’action rapides et qui veulent que toutes choses soient faites sans hésitation ni retard. Quand ils sont malades, ils ont hâte de se rétablir. Il leur est très difficile d’être patients avec les personnes lentes car ils considèrent que c’est une faute et une perte de temps. Ils s’efforcent de rendre les gens qui ne sont pas comme eux plus vifs à tous les points de vue. Ils préfèrent souvent travailler et réfléchir seuls, de façon à pouvoir faire les choses à leur propre rythme.

L’état de blocage se manifeste ainsi :

Un ou deux symptômes suffisent pour choisir cette fleur.

Tensions, agitations intérieures à cause d’un rythme trop élevé.

On est sans cesse pressé par le temps.

On pousse les autres à se dépêcher, sans raison.

Tout dois se faire rapidement et sans accrocs.

On veut tout régler tout de suite ; on a beaucoup de mal à attendre que les choses aillent à leur rythme.

On parle, on mange, on travaille plus vite que les autres.

On supporte mal les gens lents : ils nous irritent, nous frustrent, nous « rendent fou ».

On manque de patience et de diplomatie avec les personnes moins rapides que nous.

Quand les autres parlent, on leur ôte les mots de la bouche.

On ne finit pas ses phrases.

On ôte les objets des mains des autres, sans attendre qu’ils nous les donnent.

On prend ses décisions dans la précipitation.

On préfère travailler seul et à son propre rythme.

On éprouve un grand besoin d’indépendance.

On se met rapidement dans tous ses états, on réagit brusquement, mais on se calme très vite.

On ne finit pas son travail parce que l’on ne s’accorde pas le temps nécessaire pour cela.

On s’énerve si l’on n’est pas immédiatement servi au restaurant.

Quand on est malade, on voudrait que les symptômes disparaissent aussitôt.

Enfants qui ne veulent pas rester assis tranquillement, qui ont des gestes nerveux.

Parce que nos réserves énergétiques s’épuisent facilement du fait de notre régime d’activité soutenu, on a de brusques phases d’épuisement et des douleurs nerveuses soudaines.

Pourquoi suis-je ainsi ?

Dans le désir de concrétiser son projet de vie, on espère pouvoir se passer de la dimension temporelle. On oublie que le développement humain n’est pas une question de quantité, mais de qualité.

Changements après traitement

On pense, comprend et agit vite mais on se sent plus indépendant intérieurement.

On arrive très bien à faire bouger les choses et à influencer leur cours tout en gardant son calme.

On s’adapte mieux aux tempéraments les plus divers.

On parvient à attendre le développement naturel des choses.

On est plus patient, plus tendre, plus gentil.

Maximes pour nous aider

Je me donne du temps.

Je suis patient.

Je me détends.

 

Heather (Callune ou fausse bruyère)
Quintessence de l’intuition
Pour passer du petit enfant dépendant… à l’adulte compréhensif

Pour ceux qui sont toujours à la recherche de quelqu’un qui puisse leur tenir compagnie, car ils éprouvent le besoin de parler de leurs affaires personnelles avec n’importe qui. Ils sont très malheureux s’ils doivent rester seuls un certain temps.

L’état de blocage se manifeste ainsi :

Un ou deux symptômes suffisent pour choisir cette fleur.

On ne pense pratiquement qu’à ses propres problèmes. On se prend trop au sérieux.

On ne peut s’empêcher de parler de soi à tout le monde.

On a besoin du miroir que nous tendent les autres.

On ne supporte pas d’être seul, parce que l’on se sent perdu.

On a tendance à réagir de façon excessive, à faire toute une histoire d’un petit rien.

On a du mal à écouter les autres.

On est trop absorbé par ses propres états d’âme pour prêter attention à ceux qui nous entourent.

En société, on accapare l’attention générale et on oriente toute la conversation sur soi.

Pour mieux accaparer l’attention de son interlocuteur, on s’approche de plus en plus de lui, on lui saisit le bras et on ne le lâche plus.

On a été négligé sur le plan sentimental pendant l’enfance.

On n’a pas été un bébé désiré et on cherche inconsciemment cette reconnaissance de notre entourage.

Les enfants adoptent facilement des attitudes régressives.

Pourquoi suis-je ainsi ?

Parce que l’on aspire inconsciemment à l’épanouissement, on ne pense qu’à soi et à la satisfaction de ses propres besoins, sans prendre en considération ceux des autres. On oublie qu’il faut trouver un équilibre entre prendre et donner.

Changements après traitement

On sait que l’on peut se fier à son guide intérieur.

On sait que l’on reçoit ce qui est nécessaire à notre développement.

On réussit à se tourner vers les autres.

On devient un adulte compréhensif et sensible.

On crée autour de soi une atmosphère de confiance et de sécurité.

Maximes pour nous aider

Je me sens en sécurité.

Je reçois tout ce dont j’ai besoin.

Je suis attentif aux autres.

 

Hypersensibilité

 

AGRIMONY (aigremoine)
Quintessence de la sincérité
Pour passer de l’harmonie apparente à la paix intérieure

Agrimony concerne les personnes joviales, gaies, remplies d’humour, qui aiment la paix et que les discussions et les querelles affligent tant qu’elles sont prêtes à céder beaucoup pour les éviter. Bien que les ennuis ne manquent généralement pas et qu’elles soient inquiètes, agitées, tourmentées moralement ou physiquement, elles cachent leur soucis derrière l’humour et le badinage et sont considérées comme de très bons amis à fréquenter. Elles abusent souvent de l’alcool, des drogues et des médicaments pour se stimuler et supporter leurs épreuves avec bonne humeur. Elles portent un masque joyeux, fuient leurs soucis en dormant beaucoup, en se plongeant dans une passion…

Vous pouvez choisir cette fleur si un ou deux aspects de votre situation actuelle s’y rapporte.

Le blocage se manifeste ainsi :

Préférant vivre en paix et dans une ambiance agréable, on se sent opprimé dès que règne la mésentente et les querelles.

On voudrait donner raison à tout le monde.

On est prêt à tout faire pour avoir la paix.

On préfère céder, mentir et faire de grands sacrifices pour conserver un état de paix intérieure et pour éviter les confrontations.

On cache ses soucis et son agitation intérieure derrière un masque de jovialité et d’humour pour donner le change.

On nie systématiquement les problèmes et on n’en parle jamais à personne ; on nie même leur existence si quelqu’un nous en parle.

Pour échapper aux pensées et soucis qui nous rongent, on recherche des distractions à l’extérieur : cinéma, invitations, voyages, passions diverses ; on se réfugie dans l’action.

On prétend voir la vie en rose pour éviter de prendre conscience des situations désagréables.

On est l’ami fidèle, le conciliateur, le bon camarade, le gai luron.

On recourt à l’alcool, aux médicaments, aux drogues, pour rester de bonne humeur et pour refouler les pensées désagréables.

On est continuellement en mouvement pour s’empêcher de réfléchir.

Quand on tombe malade et que l’on se retrouve à l’hôpital, on plaisante avec le personnel soignant.

Parce que l’on veut vivre dans un monde idéal, on va délibérément reconnaître les défauts de son partenaire.

Par crainte inconsciente de ne pas supporter la douleur d’autrui, on interrompt la conversation avec des phrases toutes faites du genre : la mauvaise herbe repousse toujours.

Secrète douleur de l’âme chez les enfants alors que ceux-ci ont normalement la faculté d’oublier très vite leurs petits soucis.

Pourquoi est-on ainsi ?

On s’efforce de satisfaire à tout prix son aspiration intérieure à l’harmonie idéale en se cachant le côté désagréable de la réalité extérieure.

Améliorations après traitement

Sincérité, ouverture, acceptation de la confrontation.

On prend conscience des réalités positives et négatives, et on en tire parti.

On a le c½ur en joie.

On découvre l’harmonie et la paix intérieure.

On devient un vrai optimiste, un diplomate avisé, un habile conciliateur.

Maximes à adopter pour vous aider

Je trouve la paix en moi-même.

Je suis sincère.

Je me montre tel que je suis.

 


Centaury (petite centaurée)
Quintessence du don de soi
Pour passer de la servilité à la serviabilité

Personnes bonnes, tranquilles, douces, extrêmement anxieuses de rendre service aux autres. Elles se surmènent  et présument trop de leurs forces. Elles veulent trop en faire et deviennent plus des serviteurs que des aides bénévoles. Leur bonne nature les pousse à assumer plus que leur part de travail et, ce faisant, elles peuvent en arriver à négliger leur propre mission. Elles ne savent pas dire non et souffre d’une faiblesse de leur volonté propre par peur d’être mal-aimées.

Un ou deux aspects de cette fleur peut vous amener à la choisir.

Le blocage se manifeste ainsi :

On est trop faible.

On a du mal à s’imposer et à s’affirmer ; on capitule facilement.

On ne sert pas ses propres intérêts et on n’exprime pas ses propres désirs.

On se comporte de manière passive, avec modestie et on se contente de peu.

On est docile, malléable, obéissant ; on ne prend aucune responsabilité.

On est plus sensible aux désirs des autres qu’aux siens propres.

On comprend très vite ce que les autres attendent de nous et on ne peut s’empêcher de les satisfaire.

Dans le désir de plaire, on se laisse détourner de sa voie, dans les cas extrêmes jusqu’à l’abnégation.

On se fait facilement avoir dans les négociations.

On se laisse dominer, écraser par les autres.

On a une piètre opinion de soi-même et on se laisse inconsciemment dicter ce que l’on doit faire par les autres.

On se laisse aisément persuader de faire quelque chose que l’on ne voulait pas faire.

Notre bonne volonté est souvent exploitée.

On est esclave d’une autre personne plus égoïste : parent, partenaire, collègue…

On adopte inconsciemment les gestes, les expressions ou les opinions de quelqu’un qui a une personnalité plus affirmée.

Enfant, on est très sensible aux compliments et aux blâmes.

On préfère accepter une tâche supplémentaire car le fait de la refuser nous coûterait plus d’efforts.

On présume trop de ses forces, on donne plus que l’on ne reçoit.

On risque de rater sa vie.

Pourquoi est-on ainsi ?

Dans un désir inconscient on oublie que notre personnalité doit s’attacher avant tout à suivre la voie que l’on s’est fixée et non pas à répondre sans cesse aux besoins des autres.

Améliorations après traitement

On connaît ses propres besoins et on concrétise son projet de vie.

On sait quand il faut dire oui et pourquoi, mais on est aussi capable de dire non.

On s’intègre facilement à un groupe ou à une communauté, sans pour autant perdre son identité.

On défend ses propres intérêts de manière opportune et avisée.

Maximes à adopter pour vous aider

Je suis seul responsable de moi-même.

Je sais qui je suis.

Je sais ce que je veux.

 

Walnut (noyer)
Quintessence de l’accouchement
Pour passer du manque de personnalité… à l’affirmation de soi

Pour ceux qui ont un idéal et des ambitions bien définies dans la vie et les satisfont, mais qui en de rares occasions, sont tentés de s’écarter de leurs propres idées et objectifs, entraînés par l’enthousiasme, les convictions ou les fermes opinions des autres. Le remède donne la constance et une protection contre les influences étrangères. Aide à venir sur terre et à en repartir. Utilisé lors de la naissance et de la fin de vie. Aide à prendre une décision en vue d’un grand changement de vie.

L’état de blocage se manifeste ainsi :

Un ou deux symptômes suffisent pour choisir cette fleur…

On s’est fixé des objectifs de vie très précis alors qu’on sait généralement très bien ce que l’on veut ; on a temporairement du mal à rester fidèle à soi-même.

On est habituellement très autonome, mais on doute passagèrement de nos décisions en raison de pressions exercées par notre famille, des conventions sociales, de souvenirs sentimentaux ou parce que notre entourage s’est montré sceptique devant notre comportement.

On a pris une grande décision pour notre avenir ; il nous faut maintenant franchir le dernier pas pour la concrétiser.

On voudrait se soustraire définitivement à toutes les influences et à toutes les conventions, mais on est encore un peu hésitant.

On échappe difficilement à l’influence d’une forte personnalité qui nous fascine : idole, conjoint, précepteur, etc…

Un événement imprévu nous oblige à reconsidérer nos objectifs de vie.

On aimerait parvenir à accepter pour de bon un événement extérieur survenu dans notre vie.

Bien que l’on ait pris de nouvelles résolutions, on reste encore attaché à ses vieilles habitudes.

On a mis fin à une relation amoureuse, mais on est toujours attaché à notre ancien partenaire, malgré l’éloignement physique.

Des modifications importantes se sont produites dans notre vie : mariage, nouvel emploi, déménagement dans une autre ville, divorce, retraite, installation dans une maison de retraite, etc…

On traverse une étape de grand bouleversement physique : naissance, puberté, grossesse, ménopause, maladie au stade terminal, fin de vie.

Pourquoi suis-je ainsi ?

Dans le désir de concrétiser un projet de vie, on est ouvert aux idées d’autrui, mais on oublie momentanément que l’on ne doit pas se laisser détourner des élans de son guide intérieur.

Améliorations après traitement

On reste fidèle à soi-même.

On est ouvert à la nouveauté.

On franchit le pas décisif.

On est protégé des influences extérieures et ouvert à ses élans intérieurs.

On a du « caractère ».

On suit imperturbablement sa voie.


Maximes pour nous aider

Je suis sûr de moi.

Je reste fidèle à moi-même.

Je suis ma propre voie.

 

Holly (houx)
Quintessence de l’ouverture du c½ur
Pour passer du c½ur de pierre… à la magnanimité

Pour ceux qui sont parfois assaillis par des pensées telles que la jalousie, le désir de se venger, la suspicion, la haine, l’envie, la rage, la colère. Grande souffrance intérieure sans qu’il n’y ait toujours une réelle cause de chagrin. Grande colère qui éclate et qui demeure latente.

L’état de blocage se manifeste ainsi :

Un ou deux symptômes suffisent pour choisir cette fleur.

On se met facilement en colère ; on réagit de façon désobligeante et agressive.

On est de mauvaise humeur ; on est en colère, irrité, sans toujours savoir pourquoi.

On est envieux, vindicatif et on se réjouit du malheur d’autrui.

On est jaloux et méfiant.

On a le c½ur endurci, plein de mauvais sentiments.

On est colérique, soupe au lait, irascible.

On pense que les autres ne nous aiment pas ou on a peur de leurs humeurs.

On a peur de « se faire avoir ».

On se croit incompris.

On voit souvent du mal dans ce que disent les autres.

On se méfie des autres.

On se sent souvent attaqué, blessé.

On dénigre les autres en son for intérieur.

On réagit aux mauvaises nouvelles d’une manière qui irrite l’entourage. Par exemple, on est pris d’un fou rire à l’annonce de la mort de quelqu’un.

Le spectacle du bonheur d’autrui nous dérange.

Colère, mauvaise humeur, crises de rage, brusques accès de violence chez les enfants, pouvant aller jusqu’à la bagarre.

Pourquoi suis-je ainsi ?

On attend vainement de nos semblables un amour d’une autre dimension. La déception nous amène à réagir avec colère à leurs manifestations d’intérêt qui ne sont pas celles que nous espérions dans cette vie terrestre.

Changements après traitement

On pense avec le c½ur.

On se tourne vers les autres avec une meilleure volonté.

Profonde compréhension des sentiments d’autrui.

On se réjouit sincèrement pour les autres.

On vit dans un meilleur climat d’harmonie intérieure ; notre chaleur humaine rayonne autour de nous.

Maximes pour nous aider

Je suis habité par la joie.

Je suis sain.

J’aime.




RETOUR                                                     remonter la page

 

 


Copyright © 2003 ~ Site réservé de tous droits
Les illustrations sont des oeuvres de Svan
et sont la propriété exclusive du Monde de Sàmkhia
Site créé par Magic Mouse